Articles

PORTRAITS- ARTISAN- PIERRE LAFONTAINE, CHEF PERRUQUIER DE L'OPÉRA DE MONTRÉAL

PORTRAITS- ARTISAN- PIERRE LAFONTAINE, CHEF PERRUQUIER DE L'OPÉRA DE MONTRÉAL

Formé d’abord à l’École des Beaux-Arts de Montréal et ensuite à l’École nationale de théâtre, Pierre Lafontaine est aujourd’hui le chef perruquier à l’Opéra de Montréal. Après avoir pratiqué son art dans le milieu du théâtre, au TNM en particulier, et avoir collaboré pendant plusieurs années avec la chanteuse Diane Dufresne, il a été recruté par la compagnie lyrique montréalaise et y œuvre depuis 2001. Il poursuit, à la pige, son travail au théâtre et les ateliers lyriques de l’Université de Montréal et de l’Université McGill font régulièrement appel à lui.  Il est passionné par son métier et par cette forme d’art total qu’est l’opéra. Découvrons un grand artisan de notre vie lyrique, le chef-perruquier de l’Opéra de Montréal, Pierre Lafontaine.

Parlez-nous de la formation qui a vous a préparé à devenir chef-perruquier de l’Opéra de Montréal ?  

J’ai d’abord passé cinq années magnifiques de 1967 à 1972 à l’École des Beaux-Arts de Montréal et y ai gradué dans la dernière promotion de cette grande institution dont les fonctions d’enseignement supérieur ont été cédées à l’Université du Québec à Montréal. J’ai continué ma formation à l’École nationale de théâtre du Canada où j’ai été initié aux techniques de conception des décors et des costumes et à la scénographie. Mais ce sont sans doute les ateliers de maquillage et sw coiffure qui sont l’origine de ma vocation et qui m’ont d’ailleurs amené à demander au grand décorateur – et enseignant - François Barbeau, de me permettre de pratiquer ce qui allait devenir mon futur métier de perruquier. Celui-ci a consenti à ma requête à condition que je participe à l’ensemble des productions de l’école, tant  anglophones que francophones. J’ai donc ainsi pu parfaire ma formation en travaillant d’ailleurs avec des artisans de Radio-Canada auxquels faisait appel l’école pour ses productions. J’ai le souvenir d’avoir été émerveillé par le travail d’un homme généreux, Jacques Lafleur, qui m’a véritablement appris à établir des maquillages et à installer des perruques. Je lui dois beaucoup.  

Cette formation vous a conduit vers le théâtre d’abord, n’est-ce pas ?  

En effet, j’ai d’abord travaillé avec plusieurs compagnies de théâtre durant les années 1970 et 1980. Et c’est en 1989 qu’une ouverture s’est présentée au Théâtre du Nouveau Monde (TNM). On m'y a embauché et j’y ai travaillé pendant plus de 10 ans, sous la gouverne de trois directeurs, de Jean-Louis Roux d’abord, d'André Pagé dont le règne fut si court et d'Olivier Reichenbach. Le TNM fut une grande école pour moi et un lieu idéal pour perfectionner ce métier.  

Vous avez aussi travaillé à la fin des années 1980 et durant la décennie suivante avec une grande « diva » populaire : Diane Dufresne ?  

Je m’enorgueillis d’avoir été l’un des collaborateurs de cette grande artiste, une icône de notre chanson québécoise. Ayant perdu son coiffeur au moment où s’amorçait la tournée de  promotion de son nouvel album Top Secret, qui lui vaudra d’ailleurs un prix Félix, elle a fait appel à moi. Ce fut le début d’une belle et fructueuse collaboration entre nous. Son excentricité m’a permis d’être si créatif et m’a amené à découvrir une personne qui voulait constamment se dépasser. Elle compte parmi les grandes artistes du Québec et était, comme elle me l’a souvent dit, insporé par d’autres grandes artistes qu’elle admirait, notamment par Juliette Gréco et Pauline Julien.  

Et la prochaine étape de votre parcours aura été l’Opéra de Montréal… et vous y êtes toujours !  

La chance m’a souri en quelque sorte car le perruquier de l’Opéra de Montréal, Jean-Claude Ménard, devait partir à la retraite en 2001 et lui fallait donc un remplaçant. Le directeur technique de la compagnie lyrique, Pierre Dufour, qui deviendra ultérieurement son directeur général, me proposera alors de me joindre à la compagnie. Et m'y voilà ! Le travail au théâtre m’avait fort bien préparé à celui que j’allais maintenant effectuer à l’opéra, bien que j’aie rapidement constaté que la tâche était d’une plus grande ampleur. Il y a davantage de personnages sur une scène lyrique, surtout – et c’est très souvent le cas – lorsque le compositeur fait appel à un chœur. Il nous est arrivé d’avoir à installer plus de 130 perruques pour une production et d’être une équipe de 10 perruquiers et perruquières pour effectuer ce travail.  

Pourriez-vous évoquer vos plus beaux moments et vos rencontres les plus mémorables à ce jour à l’Opéra de Montréal ?  

D’abord, j’ai fait la rencontre d’œuvres exceptionnelles qui n’ont fait qu’accentuer ma passion pour l’opéra. J’en nomme trois, mais il y a en tant d’autres : Madama Butterfly, le diptyque Le Château de Barbe-Bleue de Bartok et Erwartung de Schoenberg, mis en scène à Montréal par Robert Lepage, et  Le Vaisseau fantôme de Richard Wagner. Et je me permets d’ajouter les œuvres nouvelles, de compositeurs d’ici, Les Feluettes et Another Brick in the Wall. S’agissant des rencontres mémorables, elles sont encore là si nombreuses car tant de personnes exceptionnelles évoluent dans le monde de l’opéra. Je mentionnerai Nicola Beller Carbone, Étienne Dupuis, Hélène Guilmette, Aline Kutan et Hiromi Omura. Et j’ajouterai Zandra Rhodes, la décoratrice et costumière britannique, dont l’extravagance m’avait plu et a rendu, pour moi, son passage à Montréal inoubliable.  

Accepteriez-vous partager avec nous l’un des moments les plus cocasses de votre vie lyrique ?  

Sans hésitation ! Je vous dirais que le moment le plus amusant que j’ai vécu aura été le changement de costumes de Cendrillon dans la production de l’opéra de Massenet en 2015. Nous disposions de 70 secondes pour débarrasser Julie Boulianne, une chanteuse que j’estime beaucoup, de ses haillons et lui glisser l’immense robe qu’avait conçue André Barbe, sans parler des changements de perruque, de chaussures et du maquillage ! Des défis que nous relevions tous le soirs, et des moments de pur bonheur pour l'artisan que je suis !


Julie Boulianne (Cendrillon)
Cendrillon
de Jules Massenet
Opéra de Montréal, 2010 

Propos recueillis par 

Daniel Turp  

NOTE : Sur le thème « L’art de coiffer », une vidéo diffusée sur le site du magazine Clin d’œil - à qui l’on a donné accès aux coulisses de l’Opéra de Montréal dans le cadre de sa production de Madama Butterfly en 2015 - permet de voir et entendre Pierre Lafontaine parler de son métier de chef-perruquier. Il est accessible à l’adresse http://www.clindoeil.ca/beaute/cest-hot/acces-exclusif-les-coulisses-de-lopera-de-montreal-partie-2.


Partager: